lundi, novembre 16

Des scientifiques Chinois sont parvenus à créer un turboréacteur d’avion sans la moindre énergie fossile. Propulsé grâce à un flux de plasma, il n’a besoin que d’air et l’électricité pour fonctionner. Dans l’avenir, cette technologie pourrait bien révolutionner le secteur de l’aérien en ouvrant la voie vers une aviation à l’empreinte carbone nulle.

La ville de Wuhan est désormais connue de tous comme le premier lieu de propagation du coronavirus actuel. Ce même endroit pourrait bien être celui d’une invention révolutionnaire pour l’aviation commerciale. Des chercheurs de l’Institut des sciences technologiques de l’Université de Wuhan viennent de publier dans la revue AIP Advances un article sur un modèle de turboréacteur qui n’a pas besoin de kérosène pour propulser un aéronef. Leur objectif consistait à trouver un moyen efficace pour lutter contre le réchauffement climatique en réduisant à néant la part de l’énergie fossile dans l’aviation. Si on ne peut pas dire que le ciel soit très encombré en cette période, en temps normal et malgré d’importants progrès pour réduire la consommation d’énergie, le secteur de l’aviation commerciale produirait autour de 3% des émissions de gaz à effet de serre. Avec l’invention qu’ils ont mis au point, la réduction de cette part d’émissions de gaz pourrait s’accélérer.

Vers 0% d’émission de gaz à effet de serre
Le turboréacteur conçu par l’équipe de chercheurs est capable de générer du plasma en utilisant uniquement de l’air et de l’électricité. C’est ce jet de plasma qui assure la propulsion de l’aéronef. Concrètement, le prototype de l’équipe chinoise comprime l’air à très haute pression. Cet air circule dans une chambre d’ionisation à micro-ondes pour se transformer en plasma. Pour le moment, le modèle conçu par le laboratoire peut soulever une bille d’acier de 1 kilogramme avec sa tuyère en quartz de 2,4 cm de diamètre. Si l’on remet le prototype à l’échelle d’un avion de ligne, la poussée est comparable à celle d’un véritable turboréacteur et c’est justement le prochain développement sur lequel travaillent les chercheurs.

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques planchent sur des propulseurs au plasma. C’est de cette façon que la sonde spatiale Dawn de la Nasa se déplace. En revanche, dans ce cas précis, le plasma est généré à partir de xénon et ce système ne peut pas fonctionner dans l’atmosphère terrestre.

About Author

Nous sommes heureux que vous visitiez notre média. Nos articles sont protégés par les droits intellectuels. Nous n’avons rien contre leur reproduction ou partage, pour peu que vous respectiez simplement la mention : © www.magazinechic.com comme source. Merci. La Rédaction.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram